mercredi 25 décembre 2013

ELO#166 - Noel en Palestine


Mardi 24 décembre 2013

La mort de Nelson Mandela entraîne une curieuse prise de conscience de la part des médias français. Et quand l'un brise le tabou et parle positivement du boycott d'israel, les digues sont lâchées et tous les journaux se doivent d'enchaîner:

Mandela, un exemple difficile à imiter pour les Palestiniens
Selim Saheb Ettaba, AFP, 6 décembre 2013

Marwan Barghouti, le nouveau Mandela ?
Armin Arefi, Le Point, 10 décembre 2013

Nelson Mandela est mort mais l'apartheid est toujours vivant
Michel Bôle-Richard, Le Monde, 12 décembre 2013

Le boycott pour sauver Israël de sa politique
Daniel Blatman, Libération, 15 Décembre 2013

Le boycott fait ses preuves contre tous les apartheids
Loic Dupont et Anya Bouamama, L'Humanité, 16 Décembre 2013

Le succès d'une campagne internationale de boycottage inquiète Israël
Laurent Zecchini, Le Monde, 24 décembre 2013

Il est vrai que le retour en arrière sur le soutien de Nelson Mandela à la cause et aux héros Palestiniens est jouissive, en témoigne ce quart d'heure à la télé américaine, peu de temps après sa sortie de prison, alors que l'apartheid existe encore en Afrique du Sud, et qu'on insiste pour qu'il tape sur ses alliés, en particulier Palestiniens. Il ne se laisse pas faire:


Mais si l'on revient au présent, les succès récents s'accumulent pour la Palestine:

-la plus importante Église protestante du Canada s'engage dans le boycott d'israel

-le gouvernement roumain refuse de laisser de nouveaux travailleurs de la construction se rendre dans les territoires occupés depuis 1967

-les universitaires de l'American Studies Association, l'un des principaux syndicats américains de
chercheurs et d'enseignants, s'engage à rompre ses liens avec les universités israéliennes, par un vote massif et une majorité absolue. On peut lire le témoignage de quelques uns de ses membres parmi lesquels on remarquera une certaine Angela Davis...

-la Hollande et la Grande Bretagne conseille à ses entreprises de ne plus investir dans les territoires occupés depuis 1967

-l'entreprise hollandaise Vitens met fin à sa collaboration avec l'entreprise israélienne Mekorot


-sous la pression internationale, le gouvernement israélien retire le plan Prawer qui prévoyait de "déplacer" 30.000 Bédouins...

-les actions en France se multiplient contre "Orange complice de la colonisation israélienne de la Palestine"

-relaxe pour les militant.e.s BDS de Pontoise

-une entreprise norvégienne cesse de vendre des produits SodaStream dans ses magasins

-Christiane Taubira est enfin attaquée publiquement sur la scandaleuse circulaire Alliot-Marie:
-Par Paul Alliès, sur Médiapart, le 17 décembre 2013.
-Par un collectif dont la LDH, la CGT et des députés, le 18 décembre 2013.
-Le même jour, par Eric Fassin, sur Médiapart TV. On sent qu'elle est vraiment mal à l'aise, mais Fassin ne se contente pas des réponses vagues et contradictoires de Taubira, et il revient plusieurs fois à la charge. D'ailleurs, il faudrait lui rappeler que le boycott de l'Iran existe, il est même instauré par la communauté internationale:


-une super interview dans la série Le Mur a des Oreilles, cette fois ci avec la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir.

-à propos d'Art et de Palestine.

-Et enfin, une heure de musique sélectionnée par Gilles Peterson, en hommage à Nelson Mandela:
----------------------------------
Infos


En 2013, trois grands presque-centenaires se sont éteint: Stéphane Hessel, Nelson Mandela et Mikhail Kalachnikov...

Delfeil de Ton défend Siné contre la LICRA dans le Nouvel Obs en novembre 2013:


Et sinon, les suites de l'affaire Cyran contre Charlie Hebdo, dans une longue et sympathique interview de Cyran d'une heure sur une radio toulousaine. Où l'on découvre aussi le morceau Usual Suspects, du groupe Muslim United.

Une vidéo sur le racisme dans le milieu de la publicité en France.

Dans le Washington Post, le 24 décembre 2013: Edward Snowden : "J'ai déjà gagné". Et au delà de Edward Snowden, un article sur trois autres héros modernes: L'heure de la revanche pour les lanceurs d'alerte

Des études à la con, mais réellement publiées...
-----------------------------------------------
Dons


C'est le mois de décembre, c'est de nouveau la période des dons à des associations... qui seront en partie déduits de vos impôts si vous avez la chance d'en payer... Voici quelques suggestions, par chèque ou directement sur internet en cliquant sur les liens:

1) Le Groupe d'Information et de Soutien des Immigrés (GISTI)
Chèques à l'ordre de: GISTI
Envoyer à: GISTI, service commandes, 3 villa Marcès, 75011 Paris
http://www.gisti.org/spip.php?article42

2) Le Droit au Logement (DAL)
Chèques à l'ordre de: DAL Fédération
Envoyer à: Droit au Logement, 29 avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris
http://droitaulogement.org/nous-aider/

3) La CIMADE
Chèques à l'ordre de: Fondation Cimade
Envoyer à: Fondation Cimade, 47 rue de Clichy, 75311 Paris Cedex 09
https://donner.lacimade.org/a/mon-don

4) Les Amis de la Commune de Tarnac
Chèques à l'ordre de: Les Amis de la Commune de Tarnac
Envoyer à: Les Amis de la Commune de Tarnac, Magasin général, 12 rue du Tilleul, 19170 Tarnac

5) AFRAN-SAUREL pour le camp palestinien de Nahr el Bared, au Liban
Chèques à l'ordre de: AFRAN-SAUREL
Envoyer à: à AFRAN-SAUREL, 41 rue Barrault, 75013 Paris
http://afransaurel.blogspot.fr/

6) L'Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP)
Chèques à l'ordre de: AURDIP
Envoyer à: AURDIP, CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris
http://www.aurdip.org/Comment-soutenir-notre-action,67.html

7) Europe Solidaire Sans Frontières (ESSF) pour les Philippines
Chèques à l'ordre de: ESSF
Envoyer à: ESSF, 2 rue Richard-Lenoir, 93100 Montreuil
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article30296

8) Presse et pluralisme
Chèques à l'ordre de: Presse et pluralisme, en précisant pour quel journal vous voulez donner (par exemple Le Monde diplomatique ou Siné Mensuel ou les deux!)
Envoyer à: Presse et pluralisme, TSA 32649, 91764 Palaiseau Cedex
http://dons.monde-diplomatique.fr/
http://www.sinemensuel.com/faire-un-don-a-sine-mensuel/

C'est aussi l'occasion de donner à des associations, même si ces dons ne seront pas déduits de vos impôts:

1) Le Réseau Education Sans Frontières (RESF)
Chèques à l'ordre de: RESF
Envoyer à: RESF c/o EDMP, 8 impasse Crozatier, 75012 Paris
http://www.educationsansfrontieres.org/article7253.html

2) La Campagne BDS France
Chèques à l'ordre de: CCIPPP - Campagne BDS France
Envoyer à: Campagne BDS France, CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris
http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1170&Itemid=58&lang=fr

3) L'Agence Média Palestine
Chèques à l'ordre de: Agence Média Palestine
Envoyer à: Agence Média Palestine, CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris
http://www.agencemediapalestine.fr/dons/

---------------------------------------
Musique


Le tube de Noel de Sharon Jones d'il y a quelques années, Ain't No Chimneys In The Projects, ressort cette année avec un dessin animé:


Quatre petites sucreries de Eartha Kitt pour fêter Noël:

Santa Baby:


I Want to be Evil:


Do it Again:


et C'est Si Bon, en français dans le texte:


Pour compléter, l'une des chansons les plus tristes du monde (un de ces jours, je vous ferai la liste...), Please come home for Christmas de Charles Brown (1960), dans sa version originale. Et l'un des plus beaux classiques de Noel a été écrit et interprété pour la première fois par Donny Hathaway en 1970, This Christmas.

Une reprise de ce même Donny Hathaway, Little Ghetto Boy, par Frank Mc Comb et le CIV Soul Band (de Valbonne, France!):


You Don't Know Like I Know par Sam and Dave en 1967:


Et une reprise Gospel de ce même titre, You Don't Know, par les Mighty Gospel True Lights en 1975.

Fly et Spotlight, deux chansons de Tony Momrelle, chanteur d'Incognito, acoustiques à la radio:


Les meilleures vidéos d'Aretha Franklin sélectionnées par le Detroit News, et elles sont effectivement géniales. En particulier celle-ci que je ne connaissais pas: Aretha Franklin et Stevie Wonder (et George Duke) - Until you come back to me:


Ben l'Oncle Soul, Hallelujah. Le clip est sympa, mais ce n'est qu'imitation sans âme:


Près de deux heures de Keziah Jones au Bataclan la semaine dernière. A 40', une reprise de Simply Beautiful de Al Green (en duo avec toujours Ben l'Oncle Soul), et à 1h35, une reprise de All Along the Watchtower de Bob Dylan.

Un festival de blues de 9h entièrement diffusé sur youtube! La tête d'affiche étant Shemekia Copeland, elle arrive à 7h30 et termine, si ça vous tente:


Vous vous demandez ce qu'est la Deep Soul? En voici 24 exemples, assez rares qui plus est...

mercredi 11 décembre 2013

ELO#165 - Les morts du mois de décembre


Mercredi 11 décembre 2013

Comme toutes les fin d'années, on va pleurer toutes les larmes de notre corps...

Alors bon, ce mois ci on a le droit à le jamaicain Junior Murvin, le congolais Tabu Ley Rochereau, l'egyptien Ahmed Fouad Najm, le français Jean-Louis Foulquier et le sud-africain Nelson Mandela...

Junior Murvin
était surtout connu pour Police and Thieves, dont voici une version récente, mais aussi, c'est de circonstance, d'une chanson appelée Apartheid:


Tabu Ley Rochereau était le grand concurrent congolais de Franco dont je vous parlais il n'y a pas longtemps (ils sont tous les deux présents lors du concert de 1974 qui précède le combat entre Mohamed Ali et George Forman à Kinshasa, comme en témoigne la vidéo ci-dessous), mais contrairement à lui, il refuse de chanter au service de Mobutu, il est emprisonné plusieurs fois, et finit par préférer s'exiler aux Etats-Unis, puis en Belgique, d'où il peut critiquer la dictature plus facilement. A la mort de Mobutu, il revient au Congo et entre en politique (tout en continuant à produire des disques) jusqu'à devenir vice-gouverneur de la capitale congolaise. On lui doit une reprise de Let It Be (Lalaby) et une rumba congolaise au titre approprié: Le Jour où Je Mourrai...


Ahmed Fouad Najm est connu dans le monde arabe pour ses chansons aux textes polémiques, interprétées par le chanteur égyptien aveugle, Cheikh Imam qui contrairement aux arrangements lourdingues (et occidentalisés) de l'époque, ne s'accompagnait que d'un oud. Il profitait de ses chansons (il en a écrit plus de 200!) pour vanter le nationalisme arabe et la libération de la Palestine, mais aussi pour défendre des idées socialistes, internationalistes, anti-impérialistes, marxistes, révolutionnaires, et pour critiquer les gouvernements de Sadat, mais aussi de Nasser, accusé de ne pas se préoccuper du niveau de vie de ses citoyens et se moquant de ses piètres performances pendant la guerre de 1967, dénonçant bien sur les accords de Camp David, mais aussi les quelques nouveaux riches égyptiens et les nombreux nouveaux pauvres (bon, ils se moquaient aussi de Abdelhalim Hafez, que j'adore, mais je leur pardonne...). Les deux ont donc fait pas mal de séjours en prison (c'est même là qu'ils se sont connus, dans les années 1960 et, bout à bout, Najm a passé 13 ans de sa vie en prison, comme il le raconte dans cet article publié par le Monde Diplomatique en 1981). Leurs chansons ont été censurés par tous les dictateurs qui écoutaient quand même en cachette leurs tubes..., et Cheikh Imam est mort en 1995, mais on a encore entendu Najm, a plus de 80 ans, commenter la révolution égyptienne qui a fait tomber Mubarak en direct de la place Tahrir en 2011:


Une vidéo de Cheikh Imam en Tunisie:


Pour évoquer Jean-Louis Foulquier, deux morceaux utilisés dans des génériques de ses émissions: C'est La Nuit, de Michel Jonasz, et Europa, de Santana mais interprété par Gato Barbieri.

Enfin, Nelson Mandela et la musique, c'est une longue histoire d'amour, et on peut citer: Free Nelson Mandela (The Specials, 1983), Sun City (1985), Nelson Mandela (Youssou N'Dour, 1986), Asimbonanga (Johnny Clegg, 1987), Bring Him Back Home (Hugh Masekela, 2987), Mandela Day (Simple Minds, 1988) ou, après sa libération, Mandela (Salif Keita, 1995) et jusqu'à Mr. Mandela (Trenton et Free Radical, 2010):


Certains musiciens s'étaient engagés à boycotter l'apartheid sud-africain bien avant cela (le syndicat des musiciens de Grande Bretagne dès 1961, donc avant l'emprisonnement de Nelson Mandela, Dusty Springfield en 1964, les Rolling Stones et les Byrds en 1968...) et en 1985 la liste s'allongeait (Afrika Bambaataa, Tina B., Ray Barretto, Stiv Bators, Pat Benatar, Big Youth, Ruben Blades, Kurtis Blow, Bono, Duke Bootee, Annie Brody, Jackson Browne, Ron Carter, DJ Cheese, Clarence Clemons, Jimmy Cliff, George Clinton, Miles Davis, The Dunnes Stores Strikers, Dutka and The I.D., Bob Dylan, The Fat Boys, Peter Gabriel, Peter Garrett, Bob Geldof, Lotti Golden, Robert Gordon, Grandmaster Melle Mel, Hall & Oates, Herbie Hancock, Daryl Hannah, Nona Hendryx, Jam Master Jay, Stanley Jordan, Kashif, Eddie Kendricks, Robby Kilgore, Kool DJ Herc, Linton Kwesi Johnson, Keith LeBlanc, Darlene Love, Malopoets, Kevin McCormick, Michael Monroe, Mötley Crüe, B.J. Nelson, Benjamin Newman, Sonny Okosuns, Bonnie Raitt, Joey Ramone, Lou Reed, Keith Richards, David Ruffin, Run–D.M.C., Richard Scher, Gil Scott-Heron, Lakshminarayana Shankar, Bruce Springsteen, Zak Starkey, Ringo Starr, Pete Townshend, U2, Steve Van Zandt, Steve Walker, Tony Williams, Doug Wimbish, Peter Wolf, Bobby Womack, Ronnie Wood, Zoe Yanakis...).

D'autres y allaient et le regrettaient publiquement (Paul Anka, George Benson, Brook Benton, Jimmy Cliff, Lou Donaldson, Millie Jackson, Curtis Mayfield, the Mighty Coulds of Joy, James Moody, Kenny Rogers, Jimmy Smith, the Staple Singers, the Temptations, Tina Turner, Betty Wright...), et d'autres encore y allaient sans aucun regret (America, Shirley Bassey, the Beach Boys, Shirley Brown, Clarence Carter, Ray Charles, Cher, Chicago, Billy Cobham, Rita Coolodge, Chick Corea, Lamont Dozier, the Drifters, Elton John, Tom Jones, Eartha Kitt, Barry Manilow, George Mc Rae, Liza Minelli, Olivia Newton-John, the Osmonds, Wilson Pickett, the Platters, Linda Ronstadt, Gloria Gaynor, Isaac Hayes, Joe Henderson, Queen, Cliff Richard, Sha Na Na, Frank Sinatra, Percy Sledge, Edwin Starr, Candi Staton, Rod Stewart, the Supremes, Rufus Thomas, Stanley Turrentine, Village People...)... On retrouve d'ailleurs beaucoup de points communs entre ces listes d'artistes et ceux qui boycottent ou non l'apartheid israélien...

Serge Quadruppani nous rappelle par ailleurs que Nelson Mandela était un resistant, un combattant, pas juste un "promoteur de la paix" sans analyse du colonialisme qui explique le sens de la guerre. Voici une liste très incomplète des attentats revendiqués par les copains de Nelson Mandela (60 morts en 9 ans):
- 1980: attentat contre le complexe de raffinement du groupe Sasol
- 1981: 90 sabotages sur des cibles industrielles ou militaires
- 1982: tentative de sabotage de la centrale nucléaire de Koeberg près du Cap
- 1983: attentat de Church street à Pretoria (19 personnes tuées, 217 blessés)
- 1985: attentat d'Amanzimtoti à Noël (5 morts, 40 blessés)
- 1985-1987: campagne de terreur contre les fermiers blancs dans le nord et l'est du Transvaal (23 morts)
- 1986: attentat à la voiture piégée à Durban devant le Magoo's Bar (3 tués, 69 blessés)
- 1987: attentat au tribunal de Johannesburg (3 morts, 10 blessés)
- 1988: attentat contre la banque Standard de Roodepoort (6 personnes tuées, 18 blessés)

En attendant que le boycott d'israel réussisse aussi bien que celui d'Afrique du Sud, Le Mur a des Oreilles interview Roger Waters, star du Rock et fondateur du groupe mythique «Pink Floyd »:

Vous vous rappelez du boycott des Oranges Outspan d'Afrique du Sud? La Campagne BDS France appelle aussi à faire pression sur Orange, en particulier toute la semaine prochaine, pour qu'elle se désinvestisse d'israel:

Et même Marc Lévy, qui écrit avec ses pieds, réfléchit quand meme un peu avec sa tete et s'engage avec Amnesty International aux cotés des villageois palestiniens de Nabi Saleh en Cisjordanie occupée, dans le cadre de la campagne 10 jours pour signer (plus que 5 jours):
---------------------------------------------
Concerts a l'ONU

L'Assemblée générale des Nations-Unies vient de proclamer « 2014 Année de la Solidarité Internationale avec le peuple palestinien ». La résolution a été adoptée par 110 voix, 56 abstentions, et seulement 7 votes contre, ceux d'Israël, des Etats-Unis, de l'Australie, du Canada, de la Micronésie, des Iles Marshall et Palau... Un concert a été organisé, avec Nai Barghouti (la fille d'Omar), et Mohamed Assaf (la star palestinienne qui a gagné le concours de Arab Idol 2013...):

En avril 2013, un autre concert pour la journée mondiale du jazz avec Herbie Hancock, Wayne Shorter, Robert Glasper, Esperanza Spalding, Joss Stone, Marcus Miller, John McLaughlin, Terence Blanchard, Ruben Blades, Ramsey Lewis, Hugh Masekela, Eddie Palmieri, Al Jarreau, Dianne Reeves, George Duke, Lee Ritenour, Jean-Luc Ponty, Milton Nascimento, John Beasley, Igor Butman, Anat Cohen, Vinnie Coliauta, Imer Demirer, James Genus, Bilal Karaman, Pedrito Martinez, Keiko Matsui, Terri Lyne Carrington, Hüsnü enlendirici, Joe Louis Walker, Ben Williams...:

Et en mars 2013, un concert pour le jour du souvenir de l'esclavage, avec Marcus Miller et Steel Pulse, entre autres:
-----------------------------
Actualité


Interview de Siné dans le Courrier:

Siné l'incorrigible
Roderic Mounir, Le Courrier (Genève), 7 décembre 2013

Un long article de Cyran en réponse aux pleurs de Charlie Hebdo dans le Monde, "seul contre tous" ceux qui les traitent de raciste. J'aurais préféré qu'on les ignore et qu'on laisse le journal mourir (ce genre de polémique risque au contraire de les sauver), mais tant qu'à écrire dessus, Cyran le fait très bien...

« CHARLIE HEBDO », PAS RACISTE ? SI VOUS LE DITES...
Olivier Cyran, Article XI, 5 décembre 2013

Vous vous souvenez peut-être de mon commentaire sur la NSA? Entre temps, je lis ça: "La NSA capable de localiser des millions de téléphones portables".

Alors du coup, j'ai eu autre idée: vous êtes perdus? En ville ou en pleine campagne, vous ne trouvez plus votre chemin et votre GPS est en panne? Appelez la NSA (00 1 301 688 6524), elle vous dira où vous êtes, elle vous sauvera la vie (ou vous fera gagner du temps) et vous verrez que c'est utile finalement!

Si vous voulez alimenter votre cynisme, voici un petit article du Monde qui montre que l'espionnage de nos boites aux lettres par la NSA qui avait tant offensé François Beurklande, se fait en fait en étroite collaboration avec lui. Et un autre aujourd'hui qui nous apprend que des lois qui autorisent l'armée française à faire ce que fait la NSA viennent d'être votées. Le scandale révélé par Edward Snowden, au lieu d'être corrigé, va être institutionalisé...

Une bonne nouvelle: je vous avais parlé d'un métier de plus interdit aux étrangers (celui d'enseignant dans le privé), finalement le décret a été suspendu:

Ma contribution au débat sur Clément Méric, dans le Siné Mensuel de septembre 2013:


Deux de mes chroniques dans les Psikopat d'octobre et de novembre 2013:
Drones sans frontières et Bratislava 2025 (les banques rachètent les Etats)...



--------------------------------
Cadeaux de Noël:


Seuls mes conseils en matière de musique ont été retenus dans le Siné Mensuel de décembre 2013. En voici l'intégralité:

Free Angela and All Political Prisoners, DVD de Shola Lynch (Jour2Fête, septembre 2013), retrace la période, à la fin des années 1960, où Angela Davis est traquée par le FBI et emprisonnée, mais aussi ses rapports avec d'autres Black Panthers, tel que George Jackson avec qui elle échange des lettres passionnées avant son assassinat en prison. A 69 ans, elle est toujours aussi charismatique et illumine ce film de sa présence. Icône de la lutte pour les droits des Noirs, elle est encore professeure de philosophie et milite en faveur du droit des femmes, contre la prison et la peine de mort, entre autres… Ce DVD est parfait pour attendre que son autobiographie, épuisée depuis 1977, soit enfin rééditée.
En 2005, Emad Burnat, paysan palestinien de Bil'in, s'achète une caméra et filme son quotidien. Cette vie quotidienne est faite d'humiliations répétées de l'armée israélienne, parfois d'assassinats, et souvent de caméras brisées. Pendant cinq ans, on suit également ses enfants qui grandissent, ses amis qui manifestent, et quelques Israéliens qui se joignent à eux. Le film qui en résulte, Cinq Caméras Brisées (Blaq Out, octobre 2013), n'est pas très bavard, et c'est aussi ce qui fait sa force.

Non, la musique soul-funk n'est pas morte, comme en témoigne le groupe Lady. La chanteuse anglaise Terri Walker à momentanément rejoint la rappeuse américaine Nicole Wray pour concocter un bijou de musique soul. Leurs très belles voix se conjuguent avec des mélodies ciselées, pour donner le meilleur disque de l’année dans le genre (Lady, Truth and Soul, mars 2013).
De son côté, le Français (d'origine congolaise) Léon a tout ce qu’il faut pour faire danser l’Hexagone. Sam et Dave a lui tout seul, section de cuivres et chœurs qui jouent le jeu, funks swingants et slows poignants, il ne lésine pas sur les moyens et compose l’essentiel des titres de son premier album Chocolate (Vaziva Music, juin 2012). Sorti il y a un an mais honteusement passé sous silence, il mérite un coup de pouce, et un détour s’il passe en concert dans votre ville.
Respect également mérité pour les anciens puisque Mavis Staples, 74 ans, sort encore un très bon disque cette année, One True Vine (Epitaph, juin 2013). Dernier membre actif des Staple Singers, Mavis a le gospel dans la gorge, mais elle sait aussi diversifier son répertoire en s'entourant de jeunes musiciens et en se frottant à des reprises de George Clinton ou du groupe Low...
Enfin, si Otis Redding est bien mort et enterré, il reste encore à démêler son histoire de sa légende, ce à quoi s’atèle Frédéric Adrian dans un petit livre en français sorti au Castor Astral en septembre 2013.

Bien qu'il date des années 1960, il est de brûlante actualité de lire le récit de Jan Yoors intitulé Tsiganes (Phébus, réédité en 2011). C'est l'un des rares témoignages de l’intérieur que l'on possède sur la vie des Tsiganes. Il est court et ne raconte que l'essentiel : la culture, la liberté et l'anarchie mise en pratique quotidienne... S'ils « ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres », comme le dit Manuel Valls, ce livre nous incitera à s’intégrer à eux plutôt que le contraire !
Sinon, un petit livre gratuit à lire et à offrir, le Petit Guide d'Autodéfense en Temps de Réforme des Retraites. Publié par Attac en août 2013, on peut le télécharger gratuitement.
--------------------------------
Documentaires

ANTIFA - Chasseurs de Skins, un bon documentaire d'une heure sur les premiers mouvements skins qui n'étaient pas de droite, puis comment ils deviennent fachos et racistes, en Angleterre puis dans le reste de l'Europe. La réaction se met en place et ce reportage explore surtout ce milieu, qui raconte les années 1980 en France, red skins, de gauche, anti-racistes, avec certains groupes radicaux de noirs et d'autres "minorités visibles" (arabes, asiatiques...), leurs victoires qui les conduit à adopter le look de leurs ennemis comme un trophée de guerre, mais aussi la violence de plus en plus grande. Bien sûr on pense à la mort tragique de Clément Méric, mais cette enquête la précède, et l'éclaire par le contraste qu'elle met en lumière avec la situation actuelle...


Vous avez sûrement entendu parler de la sortie du film La Marche, qui ressuscite très bien la mémoire de la "Marche des Beurs" (marche pour l'égalité et contre le racisme) d'il y a 30 ans, même si c'est d'une façon très "grand public" et un peu caricaturale... Pour une version plus réaliste et qui continue au delà de l'arrivée de la marche (et même jusqu'à aujourd'hui si on lit l'interview de sa réalisatrice), un documentaire d'une heure, disponible sur internet, avec Djamel Attalah, Farida Belghoul, Christian Delorme, Djida Tazdaït, Kaïssa Titous, Abdelaziz Chambi, Azouz Begag, Rachid Taha, Magyd Cherfi... Les Marcheurs, chronique des années beurs de Naïma Yahi, Samia Chala et Thierry Leclère:
http://www.publicsenat.fr/vod/documentaire/les-marcheurs,-chronique-des-annees-beurs/141740

Extrait de DOUCE FRANCE La Saga du Mouvement Beur (1993):


Sortir du Colonialisme, sur Radio Libertaire, avec Alima Boumedienne et Mohamed Ben Saïd pour une émission sur la Marche et les luttes de l'immigration: où en est-on, 30 ans après?

A ce propos, suite des articles sur la Marche, avec en particulier un super interview de Rachid Taha:

Rachid Taha : «Liberté, égalité, fraternité, c'est devenu un slogan publicitaire»
L'Humanité, le 22 Novembre 2013

Dossier dans CQFD n°115 (octobre 2013), 1983, la Marche pour l’égalité:

Échec à l'auto-organisation

Nous étions modestes et déterminés

1973: un été raciste
-------------------------------------------
Aamer Rahman

Si vous voulez rire (en anglais avec un charmant accent australien) avec l'humour brun et politisé de Aamer Rahman:

Reverse racism:

Workshop for Whiteys:

Palestine:

Le premier sketch, traduit en français par Madmoizelle:

Le racisme anti-blancs, ou "racisme inversé"
Aamer Rahman
http://www.madmoizelle.com/racisme-anti-blanc-stand-up-215102

Beaucoup de gens n'aiment pas mon humour. Enfin... beaucoup de gens BLANCS n'aiment pas mon humour. Beaucoup de gens blancs me disent: Hey, Aamer. Tu montes sur scène, tu fais des blagues sur les Blancs. Tu dis « les Blancs ceci, les Blancs cela ». Et si je faisais pareil, hein ? Et si je montais sur scène pour dire « les Noirs sont comme ci, les musulmans sont comme ça » ? Tu dirais que je suis raciste, pas vrai ?

Et je réponds... oui. Oui, je dirais ça. Vous ne devriez pas faire ça, c'est mauvais pour votre santé. Et ils me disent: Ouais mais toi tu le fais Aamer ! Tu montes sur scène, tu dis tes blagues sur les Blancs. Tu trouves pas que c'est un peu raciste aussi ? Tu penses pas que c'est...

TINTINTINNNN...

Du racisme inversé ?

Non. Je ne pense pas que ce soit du racisme inversé. Pas parce que je pense que le racisme inversé n'existe pas, hein ; certaines personnes sont 100% convaincues que le racisme inversé n'existe pas, mais je ne suis pas d'accord. Je pense que le racisme inversé existe. Et je pourrais être un « raciste inversé », si je le voulais.

J'aurais juste besoin d'une machine à remonter le temps. Je monterais dans ma machine à remonter le temps, et je reviendrais dans le passé, avant que les Blancs ne colonisent le monde.

Je convaincrais les peuples d'Afrique, d'Asie, du Moyen-Orient, d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud de les coloniser, d'occuper leurs pays, de voler leurs terres et leurs ressources.

Je mettrais en place un genre de, je sais pas? de commerce basé sur l'esclavage, où par exemple on exporterait des Blancs pour les faire travailler sur des rizières géantes en Chine.

En gros, je les détruirais pendant quelques siècles, assez pour que leurs descendants veuillent émigrer dans les pays d'où viennent les gens noirs et basanés. Mais bon, bien sûr, à ce moment-là, j'aurais déjà mis en place des systèmes qui privilégieraient les gens noirs et basanés à tous les niveaux économiques et sociaux, pour que les Blancs n'aient jamais l'opportunité de construire leur avenir.

Tous les vingt ou trente ans, je mettrais en place une guerre bidon, histoire d'avoir une excuse pour les bombarder jusqu'à les faire revenir à l'âge de pierre, en disant que c'est pour leur bien parce que leurs cultures sont inférieures.

Oh, et juste pour le fun, je soumettrais les Blancs aux critères de beauté noirs, histoire qu'ils finissent par haïr la couleur de leur peau, de leurs cheveux, de leurs yeux.

Si j'avais des centaines et des centaines d'années de ça derrière moi, et que je montais sur scène pour dire « Hey ! C'est quoi leur souci aux Blancs ? Pourquoi ils savent pas danser ? », là, ce serait du racisme inversé.
-----------------------
Agenda:


Une pièce de théâtre qui arrive à nous faire rire en montant des textes de Shakespeare. Je vous en avais parlé avant l'été, voilà-t-y pas qu'ils reviennent...

Du 12 janvier au 24 février, tous les dimanches à 20h et tous les lundis à 21h30 au Théâtre du Funambule (53 rue des Saules, P18): SHAKE Speare
---------------------------------------------
Musique:

Quelques images de Sharon Jones, de retour de chimio, à la 2013 Macy's Thanksgiving Day Parade (en play back):


Un peu de disco-funk avec Move On Up (de Curtis Mayfield), par The Inspector Cluzo, le duo de Gascons fous:


Après 20 ans de carrière dans le rap, Snoop Dogg est devenu Snoop Lion et se convertit au rastafarianisme, avec cette jolie chanson La, La, La:


Mais il publie quand même une compile des samples qu'il avait utilisé pour son premier album, avec ses commentaires, c'est sympa.

Une reprise de I Want You de Marvin Gaye par Dianne Reeves

Une reprise de La Rage (Orgi) de Keny Arkana, en Grec par Methismena Xotika (Les Farfadets Ivres)

Une reprise de James Brown par les Golden Swanns, qui ont transformé Try Me en un gospel, Try Jesus...

Et, après la soul éthiopienne, voici la funk indonésienne avec le groupe AKA, dans les années 1970, 11 disques entre 1970 et 1979 (par exemple Crazy Joe en 1972, Suez War en 1974, Shame Me en 1975), et hop ils disparaissent...