mercredi 25 avril 2018

ELO#323 - Carla Thomas 2017


25 avril 2018

Pour moi qui n'y était pas, Le Porretta Soul Festival 2017 aurait surtout été l'occasion de voir Carla Thomas en vrai et en forme, sortie de son long silence. En effet, elle a enregistré les premiers tubes de Stax et des duos avec Otis Redding, dès 1961 et pour une dizaine d'années, suite auxquelles elle réduit au minimum ses apparitions publiques.


J'ai donc extrait de la vingtaine d'heures de vidéo sur internet ces moments rares:

30 minutes: Carla Thomas le 22 juillet 2017 à Porretta, avec le Anthony Paule Soul Orchestra et Scott Sharrard à la guitare: elle chante B.A.B.Y., Little Red Rooster et Something Good (Is Gonna Happen To You); puis Memphis Train et Walking The Dog (avec sa petite soeur Vaneese Thomas, leur père Rufus Thomas qui figure sur l'affiche du festival cette année aurait eu 100 ans cette année là)

6 minutes: Le même soir, elle fait le final avec Ricky Fanté pour reprendre le duo qu'elle avait fait avec Otis Redding sur la chanson Tramp, 50 ans auparavant en 1967:

20 minutes: Le lendemain, pour un set plus court, mais où elle est plus en forme: elle chante à nouveau B.A.B.Y., Little Red Rooster, et Walking The Dog avec sa petite soeur Vaneese Thomas
----------------------------------------------
Chansons engagées

Un blues sur un thème rarement chanté:

Terrie Odabi - Gentrification Blues (2017)

Un rap sur la question des autochtones au Canada:

Premiere Nations (Je Me Souviens), par Sans Pression, avec Samian (2008)

Un autre rap sur la mémoire sélective de ceux qui nous donnent des cours d'Histoire: Des Problèmes de Mémoire, par Rocé (2006), et un peu de colère punk: I don't give a fuck, par Peaches (2003).

Pour changer, pas engagé du tout, Foggy Day, par une chanteuse et pianiste que je ne connaissais pas, Hazel Scott, et un jeune Charlie Mingus à la contrebasse, en 1955:

------------------------------------------------
Prince, deux ans après


Deux ans après sa mort, un article autour de la publication de la version originale (et inédite) de Nothing Compares 2 U:

« Nothing Compares 2 U » par Susan Rogers et Paul Peterson
Par Christophe GEUDIN, Muziq, le 20 avril 2018
http://www.muziq.fr/nothing-compares-2-u-susan-rogers-paul-peterson
------------------------------------------------
Pour sourire

Portables:

La Belle Vie, une vidéo de 3 minutes de Noémi Lefebvre:

Ca me rappelle un peu C'est Normal, de Areski et Brigitte Fontaine:
------------------------------------------------
Agenda
 

Jusqu'au 2 Juin au Théâtre du Lucernaire: Jina Djemba, hommage à Nina Simone

4-6 Mai à la Bourse du travail de Saint-Denis: Le BANDUNG DU NORD: vers une Internationale Décoloniale, grande conférence avec Angela Davis, Fred Hampton Jr, Elie Domota, Ramón Grosfoguel, Muntadhar al-Zaidi. Programme complet là.

4 mai 20h30 Centre Culturel Algérien (171 rue de la Croix Nivert P15): Concert avec Saïd Mesnaoui (Maroc), Abir Koubaissi (Liban), Jazz’tabueno (Amérique Latine), Roland Lombard (France), pour le Freedom Theatre de Jenin
http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/04/21/soiree-concert-au-centre-culturel-algerien-vendredi-4-mai-2018-a-20h30/

12 mai 15h Place de la République: Manifestation en solidarité avec Gaza
https://www.facebook.com/events/232937170778819/

4 octobre Maroquinerie: Tank and the Bangas

mercredi 18 avril 2018

ELO#322 - Betty Davis


18 avril 2018

Il y a quelques semaines, je vous signalais le documentaire (décevant) sur Betty Davis sur Arte (La reine du funk, de Phil Cox). Il n'existe donc pas beaucoup de document d'époque de Betty Davis, et pas de DVD, bien que ses concerts valaient apparemment le détour...

Pour résumer, elle sort trois disques en trois ans (1973-1975), qui n'ont pas un succès phénoménal, mais ça marche quand même bien pour elle, elle tourne, elle a des fans, de bonnes critiques... Elle donne alors quelques interviews, mais je vous conseille de la découvrir à travers le disque Nasty Gal. Du funk hardcore mélangé à du rock sans concessions, une voix spéciale, et des paroles à faire rougir Bigard (j'avoue que de ce côté là, les sous-titres du film m'ont fait découvrir certaines paroles que je n'avais même pas comprises). Sacré personnage, elle est aujourd'hui vénérée par Sandra Nkaké, Janelle Monae et beaucoup d'autres chanteuses qui la prennent comme modèle d'indépendance et de créativité.

Elle tourne avec son groupe (Fred MILLS aux clavier, Carlos MORALES à la guitare, Larry JOHNSON à la basse, et Nick NEAL à la batterie) et il existe un CD pirate de moins d'une heure de son concert en France au Castelet en 1976 (lors du "Woodstock français" où étaient aussi Joe Cocker, Gil Scott Heron (dont il a tiré la chanson Racetrack in France), Al Jareau, Roberta Flack, Eddie Palmieri, Ray Baretto, Stuff, Magma, The Crusaders...).
01 Intro 0:27
02 Instrumental  3:18
03 Nasty Gal 4:31
04 Dedicated To The Press 3:40
05 The Lone Ranger 9:46
06 He Was A Big Freak 5:49
07 Talkin Trash 9:23
08 Steppin In Her I. Miller Shoes 5:21
09 Instrumental 2:09
10 Shut Off The Light 5:15

Quelques photos:

Après, elle vivote encore quelques années, elle travaille sur quelques chansons qui ne seront publiées qu'en 2009. Et puis tout à coup, en 1979, elle disparaît complètement. Pas de retour en musique, pas même d'interviews, impossible à localiser, elle ne répond pas aux sollicitations, nombreux sont ceux qui la croient morte.

Subitement, à partir de 2007, après près de 30 ans de silence, elle donne quelques interviews:

Betty Davis Interview on The Sound of Young America Podcast (30 minutes, le 21 juin 2007)

The Beautiful Dichotomy of Betty Davis: A Rare Conversation with the Elusive Mistress of Funk
J. Hayes, No Depression, le 2 février 2010


En 2013, elle répond aux sollicitations du réalisateur Phil Cox, accepte de répondre à ses questions, de le rencontrer, avec une caméra. On allait enfin comprendre pourquoi elle avait disparu et qu'est-ce qu'elle avait fait pendant ces 30 ans... Eh bien à la fin du film, je n'ai toujours pas compris... Après, il n'y a peut-être rien à comprendre...


Ah oui, pour moi, l'essentiel c'est Betty Davis la chanteuse qui révolutionne le funk, mais la plupart des articles ne parlent que d'une chose: c'était la femme de Miles Davis pendant à peine un an. Elle a eu beaucoup plus d'influence sur lui que le contraire (si ce n'est la violence qu'elle lui reproche dans le film). C'est elle qui lui a fait découvrir le rock, le funk, une musique plus électrique et plus jeune, et même une autre façon de s'habiller. Néanmoins, pendant cette période où elle traîne avec Miles Davis, elle enregistre aussi quelques morceaux restés inédits jusqu'en 2016, à la sortie du disque The Columbia Years 1968-1969, qui contient cette reprise très personnelle du Politician Man de Cream (1969).
----------------------------------------------
Autre musique américaine


Le Tiny Desk de Benjamin Booker (2017).

Une demi heure de gospel avec Marion Williams, le soir de Noël 1965 à la télé en Belgique et, à peu près à la même époque, Barbara Lynn avait un succès avec ce slow, Unfair.

L'évolution des goûts en musique :
Les 5 chansons en tête des charts jour par jour, de 1958 à 2016...
---------------------------------------------
Les morts du mois

Jacques Higelin

On connaît des versions acoustiques de la chanson Cigarette, mais j'aime bien cette version électrique et bluesy, enregistrée à Bercy en 1985, avec un super solo de guitare électrique de Pierre Chérèze, mais aussi de chouettes cuivres, et un solo bluesy au piano, du grand Jacquot lui même probablement... Je la rajoute donc à mon histoire perso publiée la semaine dernière...
 
F'Murrr
 

F’Murrr, dessinateur du "Génie des alpages", est décédé
Le Progès, le 11 avril 2018
http://www.leprogres.fr/france-monde/2018/04/11/f-murrr-dessinateur-du-genie-des-alpages-est-decede

Delilah
 
Chanteuse quasi inconnue, qui vient de mourir. Elle n'avais enregistré que deux 45t en 1962, en voici les deux faces B, blues-soul: Packin' Up et A Worried Feeling
---------------------------------------------
Arts plastiques


Découverte d'une super artiste qui manie l'humour:

Clémentine Mélois, l'artiste qui a épilé "l'Origine du monde"
Amandine Schmitt, L'Obs, le 14 février 2018
----------------------------------------------
Racisme


Ce serait risible si ce n'était pas si traumatisant:

Petite témoignages du racisme ordinaire et quotidien
Paye Ta Race
https://payetarace.tumblr.com/
-----------------------------------------------
Agenda

26 avril MIE Labo 6, 76 bis rue de Rennes, P6: Conférence de Taher Labadi : L'aide au développement : entre dépendance et domination
https://www.facebook.com/events/228652281211171

15 mai Cabaret Sauvage, P19: Concert JUSTICE 4 PALESTINE avec HK, Mouss et Hakim Sound system, Al Kamandjâti, Mohamed Najem, Trio Charq-Gharb, Delinquante, Thomas Pitiot
https://plateforme-palestine.org/Concert-JUSTICE-4-PALESTINE-au-Cabaret-Sauvage

18 mai EHESS, salle Lombard (96 boulevard Raspail, 75006 Paris): Conférence du Professeur David Palumbo-Liu (Stanford University): Resisting containment: Antifascism and Movements of support to the Palestinians in Trump’s America
http://www.aurdip.fr/conference-de-david-palumbo-liu-a.html

mercredi 11 avril 2018

ELO#321 - Higelin est mort, qui qui dit mieux?


11 avril 2018

Higelin, c'est le premier artiste dont j'ai été fan, celui qui m'a appris à être fan, à apprendre les paroles par coeur, à guetter les sorties de disque, les concerts, les festivals ou les émissions de radio ou de télé qu’on enregistrait, ou même où l'on pouvait avoir l'occasion de le croiser et d'assister à l'une de ses imprévisibles performances, un de ses monologues drolatiques, une de ses improvisations interminable, et rater encore une fois le dernier métro...

J'ai raté ses débuts au cinéma (dans Bébert et l'Omnibus, il jouait le grand frère de Bébert, je me souviens très bien de la scène) et son premier disque avec du jazz et des reprises de Boris Vian. De cette époque, vous pouvez voir les deux premières chansons fantastiques du best-of de l'INA ici:

En revanche, à la maison on avait le disque Crabouif (1971), avec son pote Areski. Et c'est ainsi que j'ai découvert un chanteur qui se permettait de déconner sur un disque (avec le jeune Arthur H., 5 ans!): Tiens j'ai dit tiens, mais aussi la très jolie ballade, que j'ai déjà écoutée 14 fois aujourd'hui (faudra pas oublier de déposer des bottes de roses sur sa tombe):

Je suis mort qui qui dit mieux (...) Ceux qui ont jamais croqué d'la veuve (...), peuvent pas savoir ce qui gigote dans les trous du défunt cerveau quand sa moitié dépose une botte de rose sur l'chardon du terreau

Dans une France yéyé où la musique ne faisait pas le poids avec celle du reste du monde, la révolution Higelin s'appelait BBH75, qui fut peut-être le premier vrai disque de rock de ce pays, un trio sans concessions, comme avec ce Mona Lisa Klaxon psychédélique que je connaissais par coeur sans rien y comprendre (comme tout le reste du disque d'ailleurs, et des autres disques aussi!). Et s'il se calmait, c'était quand même pour flatter le vice, Cigarette, dont on voit aussi une version dans la compilation de l'INA (ci-dessus), et dont il a donné une rare version électrique et bluesy à Bercy en 1985.

Mon disque préféré, il en faut bien un, c'était Alertez les Bébés (1976). La musique était plus sophistiquée, avec toujours de bons musiciens, comme Pierre Chéreze à la guitare, dans Le Minimum, et il ose même me faire aimer l'accordéon dans un blues révolutionnaire, Coup de Blues.


Dans le genre raretés, mon frère avait acheté un 45 tours qui contenait une chanson inédite, Jaloux d'un Rêve, dont on peut voir un clip sur le best-of de l'INA (décidément très sympathique!). Une autre, que je n'avais jamais entendu: Pars, son premier "tube", mais repris par Grace Jones, dans son album Warm Leatherette (1980).

Et puis arrive Champagne pour tout le monde... et caviar pour les autres, un double disque bourré de pépites, par exemple Vague à l’âme, qu’est-ce que je l’aimais cette chanson... Il va encore plus loin avec un triple album live à Mogador en 1981 (aussi mon préféré!). J'étais dégoûté d'être trop jeune pour avoir raté ces concerts drôles et interminables. Sur la compile de l'INA on voit une version de Hold Tight, de Fats Waller s'il vous plaît, proche de qu'il faisait à l'époque. Mais le disque contient beaucoup d'autres tours de force, comme ce Je veux cette fille de 16 minutes, avec une longue digression de blues de 13 minutes, et Alain Guillard au sax...

Alors de fin 1981 à 1989, je pense que je n'ai pas raté beaucoup de ses passages à Paris (par exemple celui ci, une demi heure au petit Théâtre du Sentier des Halles, pour une émission sur France Inter, Didier Lockwood avait rejoint les musiciens en cours d'émission). En plus, ce sont mes années lycée et, le chanteur dont on est fan au lycée correspond à une certaine identité. J'avais choisi Higelin quand d'autres avaient choisi Renaud ou Thiéfaine, c'était mon destin! Dans cette décennie synthétique, l’humour, l'inventivité, la sincérité et la générosité d’Higelin étaient comme des bouffées d’air frais. C’est aussi Higelin qui m'a fait découvrir Youssou N'Dour, Mory Kanté, Ray Léma... et peut-être une ouverture vers d'autres musiques?

En 1988 sort Tombé du Ciel, un de ses plus grands succès, mais là c'est moi qui tombait du ciel. Higelin qui dans les annés 1970 s'adressait à des adultes pendant que la France entière s'adressait à des adolescents, retombait en enfance avec des chansonnettes, alors que moi j'allais bientôt rentrer à la fac... C'est là que nos chemins se sont séparés, et je réalise aujourd'hui qu'il n'en était alors qu'à la moitié de sa carrière, même si de l'avis de tous (et la compilation de l'INA en témoigne), le meilleur était déjà passé...

J’ai continué à en entendre parler, et jamais je n’ai eu honte de mon idole passée (alors que Renaud...). Contrairement à ce que j’ai lu ici ou là, il n’a pas très longtemps été ni d’extrême gauche, ni très militant, ni très politisé, mais je l’ai quand même vu aux côtés des mal-logés ou des sans-papiers dans les années 1990 et 2000.

A propos des flics, en 2000 :
   
En 2013, Sandrine Bonnaire etait venue faire un duo sur son disque, sur Duo d'anges heureux. Elle répète l'expérience lors d'un de ses concerts, et on peut assister à l'humour et au talent d'improvisateur intacts du Grand Jacques:

L'année suivante elle sort le film qu'elle avait tourné sur lui en 2014.

Sur France Inter: 10 émissions d'une heure pour raconter l'histoire du Grand Jacques. Voici la première si ça vous dit, vous trouverez les autres ensuite:

Sur Arte: Higelin à la Philarmonie en 2015. On voit que le grand Jacques a pris un sacré coup de vieux... mais après ce concert, l'un de ses derniers, Higelin ne veut plus quitter la scène, et il remercie le public pendant 10 minutes, ému:

Juste pour boucler la boucle, en 2015 il appelle son dernier disque Higelin75, et il comporte une chanson testament, une réponse à Cigarette, 40 ans plus tard. Alors on va le laisser partir comme ça, en fumée:

En attendant que le fossoyeur me creuse une tombe au père Lachaise (...) en attendant qu'le temps s'arrête et qu'le ciel me tombe sur la tête, je tire ma révérence, J'fume, une dernière taffe de provoque...
 
Higelin au Père Lachaise, ce ne sera pas vraiment "live", mais si cette dernière apparition publique vous intéresse, bien qu'il risque d'être moins bavard et marrant que d'habitude, ce sera au Père Lachaise, le 12 avril à 13h30. Public bienvenu a précisé la famille...
----------------------------------------
Autre musique

Soul pure, Bette Smith, joli clip tourné à Rome, pour I Found Love:

Hommage à Marvin Gaye d'une heure et demi rendu au Midem à Cannes en 1993, avec Chaka Khan, Al Jarreau, Randy Crawford, Ashford and Simpson, Omar, El Debarge, George Duke, Galliano, Nona Gaye, Stanley Jordan, Chante Moore, The Pasadenas, les Pointer Sisters, Diana Ross, Shaï, Hamish Stuart etc.

Grands moments:

Chaka Khan sur How Sweet It Is:

Duo Al Jarreau / Randy Crawford sur Your Precious Love (qu'ils avaient déjà fait en 1981 à Montreux):

Et, à propos de Randy Crawford, voici sa reprise du classique de Bob Dylan, Knockin' On Heaven's Door, avec solo de guitare par Eric Clapton, et solo de sax alto par David Sanborn, en 1989.
------------------------------------------
Quelques vidéos

Ca peut être utile, le fameux extrait du film La Haine (1995, il y a plus de 20 ans, ça ne nous rajeunit pas.....), Jusqu'ici tout va bien:

Ca peut être utile aussi: Bande de Cons (8 minutes)

L'explication de l'apparition du Funk sur terre en 2 minutes:

L'explication de l'apparition des Bagels sur terre, en 7 minutes:

Les progrès des robots:

Mais on pourra toujours les piéger:

mercredi 4 avril 2018

ELO#320 - Chanson française


4 avril 2018

Une fois n'est pas coutume, en partant de cet article fascinant qui analyse les paroles de chansons d'une soixantaine de chanteuses et chanteurs français:

Paroles, paroles et paroles
Mathieu, le 31 décembre 2017

Mais en regardant l'évolution de la chanson française, avec par exemple des groupes de rap:

La Canaille, Du Bruit (2017)

Bigflo et Oli, une chanson vraiment émouvante, Papa (2018)

Avec des groupes de soul:

The Vogs, de Seine Saint Denis (oui, oui!), avec Elodie Sunn au chant, So much on my mind (2017)

Et les DD's Brothers, qui comprend Dora, une chanteuse congolaise, et Dorien, un chanteur californie, You and Me (2018)

Ou avec Titi Robin qui, dans son dernier disque Rebel Diwana, se met pour la première fois à la guitare électrique, et ça marche bien:

Ce pays sombre au bord du fleuve


Tabac Brun
------------------------
Tom Waits

La définition du Bonheur: depuis le 26 mars 2018, 14 des 20 albums de Tom Waits disponibles en écoute gratuite et légale sur bandcamp, avec parfois les paroles et la liste des musiciens (il ne manque que ceux entre 1982 et 1993):
https://tomwaits.bandcamp.com/

Tom Waits est un artiste tellement difficile à classer, que les grammys s'emmèlent les pinceaux: Alternative Music, Contemporary Folk, Americana, Rock? Folk, Blues, Jazz? Petite déception en ce qui concerne le coffret Orphans: le site ne précise pas l’année d’enregistrement des chansons, ni les musiciens, ni les auteurs, ce qui est dommage quand on sait que c’est l’un des rares disque où Tom Waits reprend des musiciens ou des auteurs à qui il rend hommage : Leadbelly, les Ramones, Johnny Cash, Kerouac, Burroughs, Bukowski. etc. On peut s'y retrouver avec la fiche wikipedia en anglais:
https://en.wikipedia.org/wiki/Orphans:_Brawlers,_Bawlers_%26_Bastards
-------------------------------------------
Autre musique

Entre rap et soul américaine, Andra Day et Common font tous les plateaux télé pour leur titre Stand Up For Something (2018):

Alors qu'on pleurt la mort du président de Groland, Christophe Salengro, un autre projet de Jules-Edouard Moustic est la radio I Have A Dream, des playlists thématiques d'une demi heure, par exemple celle ci, faite de reprises.

Une playlist qui aurait pu en faire partie, une demi heure de Dub ici:

Vous avez entendu parler de la polémique sur Mennel, cette jeune chanteuse participant à The Voice et qui s'est fait virer après une campagne calomnieuse du Printemps Républicain qui s'attaque à tou.te.s les musulman.e.s qui osent se présenter dans l'espace public. Son succès initial, elle le tenait à son interprétation en anglais et en arabe de la chanson de Leonard Cohen, Hallelujah. Elle n'était pas la première a le faire, et elle emprunte d'ailleurs les paroles en arabe à une version d'il y a dix ans par le koweitien Muhamad Al Hussyan. Elle n'est pas non plus la première chanteuse arabe à le faire puisque c'est le cas, dans cette version de 2012, par l'émiratie Layla Kaylif.
-------------------------------------------
Roms

En voyant ces très belles photos, je me dis que les Roms permettent à un paquet d'artistes de se faire une carrière en photographiant et en filmant (et en dénonçant?) leur si jolie et si authentique misère. Est-ce que ça ne pose pas quand même un peu question?

Yves Leresche

Jeanne Taris

Et puisqu'on parle de roms, gitans, tziganes, manouches, gens du voyage etc, un article intéressant sur ces différents termes:

Ni bohémien, ni gitan : la fabrique du mot "Rom"
Catherine de Coppet, France Culture, le 25 mars 2018
--------------------------------------------
Pour sourire

Le capitalisme ne sait plus quoi inventer:

La culotte connectée qui réchauffe l'hiver
Anthony Vincent, Orange, février 2018
https://femmes.orange.fr/mode/news-mode/article-la-culotte-connectee-qui-rechauffe-l-hiver-CNT000000WDcUM.html

Elle se présente sous la forme d'une petite culotte de sport en micro-fibre anti-microbe et anti-odeur dotée de 6 capteurs capables de mesurer le rythme cardiaque, les mouvements et la posture, l'hydratation, la respiration, la température, et le taux de graisse. De quoi vous aider à améliorer votre santé physique, dont votre sommeil, et cela passe notamment par votre chauffage. En effet, elle sait dialoguer avec des objets connectés du foyer, dont la chaudière pour en réguler le thermostat afin d'améliorer votre confort de vie...

mercredi 28 mars 2018

ELO#319 - Ray Charles dans les années 1970

28 mars 2018

Fin de concert à Madrid en 1975 pour Ray Charles. Avant de terminer par l'habituel What'd I Say, Ray Charles se lance de façon plus inhabituelle dans le blues Call It Stormy Monday:


20 minutes à Los Angeles en 1977: I Can See Clearly Now, America The Beautiful, Georgia On My Mind (avec Gladys Knight), Neither One of Us (avec Gladys Knight), et Hit the Road Jack (avec Gladys Knight)

50 minutes à Montreux en 1978, avec un orchestre de rêve: Dizzy Gillespie à la trompette et Kenny Burrell à la guitare, ainsi que les saxophonistes de Ray, David "Fathead" Newman et Hank Crawford, la rythmique de Dizzy, George Duvivier et Mickey Roker, et Esther Phillips en guest star sur le God Bless the Child final:
1. Blues Jam in F
2. How Can You Get In (When You Get Out)
3. Georgia on My Mind
4. Hallelujah I Love Her So
5. Call It Stormy Monday
6. Salt Peanuts
7. God Bless the Child (Esther Phillips, vocal)

Enfin, du même concert avec Gillespie, une vidéo sur Willow Weep For Me:
------------------------------------
Rest In Power

La voix de Rim Banna s’est éteinte…
Al-Jazeera, le 24 mars 2018
http://www.chroniquepalestine.com/voix-rim-banna-est-eteinte/

Je me souviens de Rim…
Abir Kopty, Middle East Eye, le 25 mars 2018
http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/je-me-souviens-de-rim-1232874651

C'était l'immense interprète de l'hommage à Fares Odeh, ce jeune Palestinien de 14 ans, assassiné par l'armée israélienne le 8 novembre 2000:
------------------------------------
Autre musique

Nouveau morceau de Aloe Blacc avec le groupe Killiam Shakespeare, Take You Home.

Nouveau morceau de Meshell Ndegeocello, la reprise du Waterfalls de TLC:

Nouveau morceau des Monophonics, la reprise de Beggin' (ne me dites pas que vous connaissez la version de Claude François sous le nom Reste):

Hot Jungle (1974), de Gun Morgan, chanteur ivoirien décédé le mois dernier...

Un peu de jazz des années 1960 avec Dave Lambert, Jon Hendricks et Annie Ross:

Four:

Airegin:
---------------------------------------
Des gifs animés

Les voyages fascinants des oiseaux migrateurs.

Des déesses:
----------------------------------------
Réfugiés:
Un petit film (1'30"): Refugiés, de Matthieu Tribes

Un film un peu plus long (31 minutes):
Secourir les migrants sur la route des Alpes
https://www.arte.tv/fr/videos/079473-004-A/arte-regards/

Une pétition: Parlementaires : Opposez-vous au projet de loi Asile et Immigration !
https://www.change.org/p/parlementaires-opposez-vous-au-projet-de-loi-asile-et-immigration
-------------------------------------------
Autre actualité politique

A propos des suicides à la SNCF, la chronique d'Audrey Vernon qui est passé sur France Inter a été censurée de son site web. La voici donc:

Rojava : brisons le silence !
Lettre ouverte, Ballast, le 26 mars 2018
https://www.revue-ballast.fr/rojava-brisons-le-silence/

mercredi 21 mars 2018

ELO#318 - Chansons du monde arabe


21 mars 2018

Commençons avec Président des pauvres, la lettre que Ewlade Leblade écrit au président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz:

Je l'ai trouvé dans un article de Laude Ngadi Maissa, qui trace un panorama de chansons africaines engagées, souvent écrites sous forme de lettres aux dirigeants, et parfois avec succès.

On trouve aussi, sur le site Culture et Politique Arabes, un article d'Yves Gonzalez-Quijano sur Etab, chanteuse saoudienne devenue célèbre dans les années 1980... mais en Egypte, et une chanson: Gani al Asmar (Le beau brun est arrivé).
 
De Palestine, et en réponse à Trump, un poème de Mahmoud Darwish lu par Roger Waters et mis en musique par le Trio Joubran:

Enfin, passons au Soudan avec Alsarah et ses Nubatones, qui étaient de passage à Paris:

Les Concerts Volants avec Alela Diane, Alsarah and the Nubatones et Kristel
Institut du Monde Arabe, Arte, le 22 janvier 2018

(la malgache Kristel débute vers 3 minutes; les soudanaises de Alsarah and the Nubatones n’arrivent que vers 52 minutes; enfin l'américaine Alela Diane termine, à partir de 1h46)
-------------------------------------------
Autre musique

Hommage à Otis Redding (mort il y a 50 ans), cette version assez originale de Hard to Handle, par Warren Haynes:

Un peu de blues avec le guitariste français Fred Chapellier qui accompagne le chanteur Dale Blade dans Set Me Free:

Nouvelle chanson de Sidi Wacho, avec Amazigh Kateb (de Gnawa Diffusion), Ya Janoubi:

Et un peu de soul italienne des années 1960 et 1970 avec Adriano Celentano:

Pregherò (Stand By Me):

L'Unica Chance (avec Lola Falana):

Prisencolinensinainciusol (le premier rap italien, en pseudo anglais):
------------------------------------------------
Documentaire

Aaden and the Spiders, documentaire de Ken Fero de 14 minutes (en anglais), sur Aaden, migrant africain et musulman en Angleterre qui, prêt à obtenir la nationalité britannique, est contacté par les services secrets anglais (le MI5), et rentre dans un cycle de chantage qui va ruiner sa vie déjà misérable...
--------------------------------
Humour

Page d'erreur du Financial Time:
https://www.ft.com/404notfound
--------------------------------
Agenda


Le 22 mars, 50 ans après...

Après Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron... l'espoir est dans les chaussettes et la résignation est à la mode. Le code du travail est dépecé, les services publics sont démantelés, l’État d'urgence et le racisme deviennent la norme, les riches s'enrichissent, les pauvres s'appauvrissent, la planète déguste, et on courbe l'échine. Quelques secteurs de la société résistent et montrent que cette mise à mort ne se passera pas, ou ne passera pas si facilement. C'est le cas d'une partie des fonctionnaires, secteurs de l'éducation et du rail en particulier, qui appellent à une grande journée reconductible de grève et de manifestations, le 22 mars dans toute la France. Alors est-ce que ce sera le dernier soubresaut de la bête qu'on abat ou le début du sursaut salvateur? Est-ce qu'on doit rester dans le cynisme et la répétition des arguments de TF1 sur les preneurs d'otage, ou est-ce qu'on peut réfléchir en BD avec Emma?

Les preneurs d’otages
Emma, le 19 mars 2018
https://emmaclit.com/2018/03/19/les-preneurs-dotages/

Dans toute la France:
https://www.bastamag.net/Greve-du-22-mars-la-carte-des-mobilisations

A Paris:

22 mars 11h Place de la Nation - boulevard Voltaire
Manifestation lycéenne et étudiante
https://paris.demosphere.eu/rv/60798

22 mars 13h Gare de l'Est - Bd Magenta - République - Bd. Beaumarchais - Bastille
Manifestation nationale des cheminots à Paris
https://paris.demosphere.eu/rv/60172

22 mars 14h Bercy - Bd de Bercy - Rue de Charenton - Av Daumesnil - Rue de Lyon - Bastille
Manifestation et grève - Fonction publique
https://paris.demosphere.eu/rv/60023


Pour vous détendre, le soir:

22 mars 19h (dans le cadre de la semaine anticoloniale) CICP, 21 ter rue Voltaire, P11 (réservation : soir22marsbds@gmail.com): Soirée BDS sur le thème de L'importance des boycotts culturels et universitaires, avec Sonia Fayman et Ivar Ekeland
http://www.anticolonial.net/spip.php?article3045


Et le 28 mars: sortie du nouveau film de Stéphane Mercurio sur les prisons:

Après l'Ombre, de Stéphane Mercurio (2017, 93 minutes)
https://apreslombre.com/

mercredi 14 mars 2018

ELO#317 - Andre Cymone


14 mars 2018

Andre Cymone, ça vous dit quelque chose? Ami d'enfance et ancien bassiste de Prince, une longue interview (en anglais et en deux parties) revient sur sa vie:

C'est l'occasion aussi de revenir sur quelques chansons engagées récentes qu'il a mises en ligne:
-Son album court, Black Man in America
-Et son dernier disque, l'un des meilleurs de l'an dernier, 1969
-----------------------------------
Autres chansons engagées

Black Lives Matter et la violence policière continue d'inspirer les musiciens:

Vic Mensa - We Could Be Free

Eric Roberson - Keep On

The Buttshakers - In The City

Et on retrouve quelques chansons plus anciennes, comme Reggae Cop, du groupe punk The London Cowboys (1982), ou Des Tetes Vont Tomber, de Casey (avec La Rumeur et Sheryo), issu de la BO du film Samouraïs, de Giordano Gederlini, sorti en 2002, mais qu'on trouve aussi sur son street-CD de 2006, Hostile au Stylo...

Ca tombe bien, c'est la semaine internationale contre la brutalité policière, alors on les ajoute aux compilations qu'on retrouve ici:
-Plus de 90 chansons en anglais
-Plus de 60 chansons dans d'autres langues
 
Et aussi The World Ends, un morceau de funk nigériane de 1973 d'un groupe appelé The Black Mirrors, que j'ai pu ajouter sur ma compile de la fin du monde!
--------------------------------
Autres chansons 

The Trashmen - Surfin' Bird (1963)

Au départ, les Trashmen (blancs) ont essayé de faire croire qu'ils avaient écrit la chanson, mais après un procès ils ont été obligés de reconnaître qu'ils l'avaient pompé sur celle des Rivingtons...

Et pour finir, un extrait de I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free, par Nina Simone rejointe par Solomon Burke sur la scène de Montreux en 1986, ce n'est pas souvent qu'on les a vu ensemble ces deux là...
---------------------------------
Femmes fortes

Février 2018, Hoda Katebi, jeune irano-américaine, est invitée à la télévision pour parler de mode, mais les présentateurs veulent l'interroger sur l'actualité. Mauvaise idée pour eux car elle leur cloue le bec et profite de cette tribune pour leur donner une leçon de cinq minutes de politique de très haut niveau et sans compromis. A Star Is Born:

Sandra Nkaké - Femme Noire:
 

Un peu d'humour avec #MeToo:

Et à l’occasion du 8 mars, Journée internationale de luttes pour les droits des femmes, le Collectif de lutte antisexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur (CLASCHES) publie la deuxième version actualisée de son guide d'information sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche.
----------------------------------
Agenda palestinien en région parisienne


21 mars à 20h30 au cinéma George Méliès (12 Place Jean Jaurès, Montreuil): Ghost Hunting de Raed Andoni, suivie d'une rencontre avec le réalisateur

1er avril à 14h au cinéma l'Ecran (14 Passage de l'Aqueduc, Saint-Denis): Chroniques de Beyrouth de Mai Masri (2006)

7 avril à 17h au 33 rue des Vignoles P20 (entrée libre, réservation à palestine@cnt-f.org): Littérature et Résistances : la Palestine debout !

11 avril à 20h au cinéma l’Étoile (1 Allée du Progrès, La Courneuve): Cher Hassan d'Axel Salvatori-Sinz, suivi de 194, Nous enfants du camp de Samer Salameh

mercredi 7 mars 2018

ELO#316 - Le petit bureau


7 mars 2018

Retour sur Tiny Desk l'émission de NPR (la radio publique américaine) qui invite des groupes à jouer live dans ce tout petit studio. Cinq nouveaux exemples aujourd'hui:

L'équipe du film Take me to the river (avec William Bell, Bobby Rush, Frayser Boy, Al Kapone et d'autres):
 
George Clinton, pour un petit best of de Parliament et Funkadelic, 13 minutes de folie douce:

Tyler the Creator:
 
August Greene (le groupe de Common, Robert Glasper et Karriem Riggins), pour un Tiny Desk de plus d'une demi heure, avec la participation de Samora Pinderhughes, Maimouna Youssef, Brandy et Andra Day:

Et Roy Ayers, un peu fatigué:
https://www.npr.org/event/music/589455037/roy-ayers-tiny-desk-concert
-------------------------------------------
Autre musique

Deux duos de Bootsy Collins avec la jeune Kali Uchis:

After The Storm:

Worth My While:

Et encore un nouveau titre de Sidi Wacho (nouvel album la semaine prochaine, et concert à Paris le 31 mars au Centre Fleury Goutte d'Or):

Grita Justicia:

Trois morceaux que Stevie Wonder avait écrit pour les Supremes en 1973: Bad Weather, Soft Days qui était resté inédit, et surtout I'll Wait A Lifetime, qui n'a même pas été terminé, on entend encore Stevie donner ses instructions sur cette pourtant excellente démo...

Et trois reprises de reggae: The First Cut Is The Deepest, par Norma Fraser en 1967, Respect, par la même Norma Fraser l'année suivante, et Summertime, par les Shake Spears dix ans plus tard.
--------------------------------------------------
Documentaires Arte



Un film qui résout en partie (en partie seulement malheureusement) le mystère autour de Betty Davis, en téléchargement pendant 5 jours ici.
Sur Arte, le 9 mars à 16h55: La reine du funk, de Phil Cox (2016, 53 minutes):
https://www.arte.tv/fr/videos/070808-000-A/betty-davis/

Un documentaire radio

Les bijoux de famille - En route pour la contraception masculine (24 minutes)
Benoît Bories, Arte Radio, le 12 avril 2016
------------------------------------------------
Chroniques de Dror de novembre 2017 à février 2018

Psikopat novembre 2017 - Les Luddites du Climat:

Psikopat décembre 2017 - A quoi ça sert de bailler? et de crier pendant l'orgasme?: 
Psikopat décembre 2017 - La vie secrète des milliardaires
 

Psikopat janvier 2018 - Le bonheur, enfin

Psikopat janvier 2018 - Madame Viking conquiert le monde, pendant que monsieur torche les gosses

Psikopat février 2018 -  Qui sont les surnuméraires?
------------------------------------------------
Agenda Palestine


5-13 mars Toulouse et sa région: Ciné-Palestine Toulouse Occitanie
http://cinepalestine.free.fr/2017/spip.php?article68

12 mars à 19h15, Science Po, 13 rue de l’Université, P7, salle Erignac (entrée libre pour les personnes internes à Sciences Po, pour les externes, inscription obligatoire à : intersectionsp[at]gmail.com): Conférence avec Virginia Tilley REPENSER LA QUESTION PALESTINIENNE
https://www.facebook.com/events/202318413857177/

13 mars (date anniversaire de la naissance de Mahmoud Darwich) à 18h30, CICP, 21 ter rue Voltaire, P11 (10 euros dans la limite des places disponibles – Réservation obligatoire à: contact@letempsdelapalestine.fr): FÊTES LA PALESTINE À PARIS, repas partagé, chants, poésie, théâtre, films, dabké, arts visuels, interventions:
https://www.facebook.com/events/181744879221005/

22 mars 19h (dans le cadre de la semaine anticoloniale) CICP, 21 ter rue Voltaire, P11 (réservation : soir22marsbds@gmail.com): Soirée BDS sur le thème de L'importance des boycotts culturels et universitaires, avec Sonia Fayman et Ivar Ekeland
http://www.anticolonial.net/spip.php?article3045
----------------------------------------------------
8 mars dédié aux prisonnières palestiniennes


Torture et humiliations : le calvaire des Palestiniennes détenues dans les prisons israéliennes
Chloé Benoist, Middle East Eye, le 6 février 2018
http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/viols-torture-humiliations-le-calvaire-des-palestiniennes-d-tenues-dans-les-prisons-isra

Les Palestiniennes défient Israël — même lorsqu’Israël les emprisonne
Lisa Gleeson, Greenleft, le 1er mars 2018
http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/03/05/les-palestiniennes-defient-israel-meme-lorsquisrael-les-emprisonne/

A propos d'Ahed Tamimi (c'est Canal+, on ne peut pas en attendre beaucoup, mais c'est déjà pas mal qu'ils en parlent...): La peste blonde
L'Effet Papillon, Canal+, le 4 mars 2018 (21 minutes)
https://www.mycanal.fr/docus-infos/palestine-la-peste-blonde-l-effet-papillon-du-04-03/p/1484129